Renouvellement d’hypothèque : comment le négocier?

15/01/2017 dans Blogue

Lorsque vient le moment de renouveler son hypothèque, les établissements bancaires proposent souvent des renouvellements simplifiés à leurs clients. Et entre un quart et la moitié des propriétaires québécois acceptent le renouvellement d’hypothèque automatique sans comparer, car ils ne savent pas qu’ils peuvent négocier les conditions. Pourtant, en changeant d’établissement ou en discutant simplement avec son banquier, on obtient des baisses de taux pouvant atteindre 2 %, ce qui représente plusieurs milliers de dollars. Mais comment négocier le renouvellement d’hypothèque?

Magasiner le renouvellement d’hypothèque

Le prêteur est légalement tenu d’envoyer un avis au moins 21 jours avant la fin du terme. La première chose à faire est de refuser le renouvellement automatique de l’hypothèque. Car bien souvent, un simple appel à son banquier permet de baisser de plusieurs points le taux. Toutefois, il est toujours mieux de contacter d’autres institutions financières afin de connaître leurs conditions. Cela permet de revenir vers son banquier avec des propositions en main et de négocier la meilleure offre pour le renouvellement de l’hypothèque. Si la banque reste sur ses positions et propose des conditions moins intéressantes que la concurrence, il peut être plus intéressant de changer d’établissement. Il y a certes des frais de transfert d’hypothèque à régler, mais en fonction de la différence de taux, cela peut valoir la peine de transférer son hypothèque. En outre, de nombreuses banques sont prêtes à prendre en charge les frais d’évaluation de la propriété, et parfois même les frais de subrogation, afin de capter de nouveaux clients.

Menacer de déménager ses comptes

Lorsque l’on détient plusieurs comptes dans l’institution financière qui détient l’hypothèque, et notamment des économies et des placements, on se trouve dans la meilleure des positions pour négocier son renouvellement. Car le banquier a bien conscience de la menace qui pèse de déménager REER, CELI et compte courant ailleurs, si son offre de renouvellement hypothécaire n’est pas attractive. Généralement, il se résout à consentir les meilleures conditions, car, comme chacun sait, les hypothèques ne sont pas la vache à lait des banques, mais bien des produits d’appel.

Faire appel à un courtier

Par manque de temps, ou envie de se simplifier la vie, on peut être tenté de faire appel à un courtier pour l’obtention d’une première hypothèque. Mais rien n’empêche de les solliciter également lors d’un renouvellement : il s’avère en effet qu’ils obtiennent de meilleurs taux.

En outre, si l’assurance du prêt hypothécaire a été contractée par l’intermédiaire d’un courtier, elle pourra être conservée même en cas de changement d’établissement bancaire, l’assurance étant indépendante de l’établissement financier.

Regarder toutes les conditions

On a tendance à se polariser sur le taux, mais l’hypothèque comporte d’autres conditions qui sont également très importantes et notamment :

  • la période d’amortissement : plus elle est longue, plus on paie d’intérêt, mais les mensualités sont moins élevés
  • la fréquence des paiements : par mois ou deux semaines ou par semaine. Ces dernières solutions sont plus avantageuses, car elles génèrent moins d’intérêts à payer.
  • la possibilité d’augmenter les mensualités sans pénalités
  • la possibilité d’effectuer un versement ponctuel afin de réduire le montant de l’hypothèque sans frais
  • la résiliation d’hypothèque avant le terme en cas de vente du bien et les pénalités

 

Actuellement, les taux hypothécaires sont bas et restent plus attractifs que ceux des hypothèques arrivant à terme. Rien ne sert de se précipiter sur le renouvellement proposé par son établissement bancaire quand on peut le négocier aussi bien avec son propre banquier qu’avec une autre institution. Sachant qu’on peut gagner plusieurs milliers de dollars, cela vaut la peine de prendre le temps de discuter des conditions de son renouvellement d’hypothèque.